Du jazz, du blues, du rock, de la samba, de la balade lancinante au répertoire de ce trio.
Ce melting pot(tes) s’inspire des voyages et des rencontres de Jean-Baptiste Hardy au cours de ces dernières années.
Jean-Baptiste Hardy est né en 1989 et a grandi dans le sud de la France. A l’âge de 8 ans, il débute la guitare classique, qu’il pratique pendant 10 ans.
Dans le même temps, il dévore le répertoire fin-gerstyle de Chet Atkins, Marcel Dadi et Jerry Re-ed, dont la musique a bercé son enfance. En 2003, 2005 et 2007 il assiste au Festival de la Chet Atkins Appreciation Society à Nashville aux Etats-Unis, et a la chance d'y jouer et de rencontrer de grands guitaristes tels que Tommy Emmanuel, Bus-ter B Jones, Jim Nichols, Bruce Mathiske, ainsi que Gareth Pearson qu’il retrouvera en 2017 pour un concert à Nantes et en 2018 à Issoudun.
Arrivé à Paris en 2006, il diversifie son jeu, ajoutant au fingerpicking le gospel, le rock, le blues et les musiques du monde.
Ses premières compositions datent de cette époque, principalement des morceaux de picking pour guitare solo.
En 2012, Jean-Baptiste s’installe à Istanbul où il se consacre pleinement à sa carrière musicale.
Toujours attiré par de nouveaux styles, il se lance dans le jazz, aborde le Swing et la Guitare manou-che, ajoute le Bebop, la Bossa Nova, le funk et la fusion à son répertoire très varié.
Il y revient notamment début 2016 pour le Festival des Journées de la Guitare d’Akbank Sanat.
Depuis son retour à Paris fin 2015, JB est présent en trio sur des scènes de jazz (Sunset sunside, le Mar-counet , au 38Riv), en solo ou trio au Théâtre la Croisée des Chemins et en France dans divers festivals (Couleur Guitare, Guitares de l’Espoir, Issoudun..).
Toujours plein d’inspiration, il réalise en 2018 un second album de compositions en trio, REPRISE, teinté de blues, funk, fusion, musiques latines, Il enregistre la même année un album de compositions en solo
NOUVEAU DEPART, aux influences classiques et fingerpicking





Jean-Baptiste Hardy : Guitare

Benjamin Asnar : Basse

Rory Quinn : Batterie